CNAM

Legisway wins the national market of the National Health Insurance System in France (Caisse Nationale d'Assurance Maladie)

4 questions à Théodore de St Rémy - Responsable Nouveaux Marchés de Legisway

1. Quelle était la situation de départ ?

Au sein de l’Assurance Maladie, la CNAM est la « tête » d’une centaine d’organismes locaux à travers la France. Chaque caisse gère des dossiers contentieux. Parmi ces dossiers, ceux de la branche AT/MP (Accidents du Travail/Maladies Professionnelles) pèsent particulièrement lourd dans les comptes de l’assurance Maladie.

2. Quelle était la problématique en jeu ?

Ce sont nos cotisations à tous qui financent ce régime, chacun souhaite qu’elles soient utilisées au mieux ! Or la CNAM a les difficultés classiques d’une organisation centrale qui endosse un risque financier majeur piloté de façon décentralisée. La consolidation est un vrai casse-tête : des outils de gestion hétérogènes, des centaines de milliers de dossiers actifs et un risque contentieux annuel se comptant en centaines de millions d’€ de provisions. A la demande de la Cour des Comptes, l’Assurance Maladie a déclenché un appel d’offres pour se doter d’un Outil National de Gestion des Contentieux (ONGC) et réduire les coûts liés à ce risque contentieux.

3. Le + de la solution Contrat’tech ?

Nous avons fourni un travail d’équipe intense (y compris avec notre sous-traitant ATOS Consulting) sur plusieurs mois pour bâtir ensemble une solution intelligente, modulaire et pérenne. Notre compréhension profonde des enjeux nous a permis de proposer une solution fonctionnellement très proche des exigences de la CNAM. La souplesse de notre technologie, sans recours au développement spécifique a fait le reste.

4. En quelques mots, l' état d’esprit aujourd’hui ?

C’est une grande fierté collective d’avoir remporté cette compétition et d’être aux côtés d’une grande entreprise du service public comme l’Assurance Maladie qui nous concerne tous ! Aujourd’hui les clignotants sont au vert ! A la clé, ce sont près de 1500 utilisateurs Contrat’tech et une mise en production progressive dès la fin de l’année.

Share